Michel Boudaud est de retour parmi nous

Un long silence… (aurait pu dire Patrick)… mais la Covid n’a pas prise sur les poètes dont les envolées se moquent bien des virus. Et il nous revient, Michel, et pour ceux qui le supposeraient affaibli, il nous montre la force qui surgit de l’épreuve en nous menant sur le chemin de l’espoir avec “Se taire un peu”. Dans un monde en perdition, un poème qui ouvre notre horizon.
http://blog.ecrivains-paysans.com/wp-content/uploads/2021/05/Se-taire-un-peu-1.pdf

COVIDEO
Bonjour à tous

     Je me permets ce titre parce que j’ai fait les deux simultanément ! D’abord la vidéo  grâce à Manu Parent qui me l’a proposée . J’ai choisi cette chanson de l’automne dernier dont j’ai déjà envoyée le texte  en février . Vers à cinq pattes, rimes masculines uniquement. 

“On” m’a dit que c’était une contine . C’est vrai que c’est en “continu”, sans arrêt et avec seulement 4 phrases en tout. Musique simplissime, mais comme le texte est un peu touffu, il ne fallait pas trop charger la mule..Belle excuse!.(voir le lien)

       Autre actualité,Michel Kemper, (Nos enchanteurs) prépare un CD de textes de Gaston Couté mis en musique et chantés par différents interprètes. Il m’empreinte donc “La Tomobile” que j’ai enregistrée dans mon premier CD.

        Je prépare aussi l’édition d’un nouveau recueil de poèmes et chansons, qui comportera sans doute des illustrations, mais c’est un gros travail,. Patience donc…

        J’ai goûté au Covid il y a deux semaines : c’est pas bon!!! Fièvre, grosse fatigue et mauvaise oxygénisation du sang. Après cinq jours au CHD,retour à la maison,et maintenant, c’est à peu près situation normale. Je vous souhaite d’éviter ça !

        Comme il y a longtemps que je vous ai écrit, je vous joins un autre texte tout neuf qui n’aura sans doute jamais de musique, mais sais-t-on jamais toujours !!!

  Reste encore un peu :    https://www.youtube.com/watch?v=5bIcTUN7Ag4

A bientôt

Michel

Une réflexion sur “Michel Boudaud est de retour parmi nous

  1. Merci l’ami pour ta berceuse. Heureux de te revoir, même amaigri mais sans aigreur, avec douceur et générosité, comme d’habitude tu nous enchantes et nous émeus. Je t’embrasse.

Répondre à De Meerleer Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.