Droit de réponse

Le 11 février nous avons publié sur notre blog un article intitulé “Triste planète” par Clément Mathieu, qui a donné lieu à un échange fort intéressant.
En effet, cet article a été repris par Guy Waksman sur son site “Du côté du Web et de l’informatique agricole” avec le commentaire suivant:

« Je regrette ce titre pessimiste à un moment où à l’évidence, avec par exemple des vaccins contre la covid 19, l’humanité n’a jamais eu autant de moyens intellectuels et matériels de résoudre les problèmes qui se posent à nous
Guy Waksman ».

Réponse de Clément Mathieu:

A première vue, oui, vous avez raison, depuis plusieurs décennies les progrès technologique, scientifiques, médicaux ont été parfois au-dessus de toute espérance. Mais de quelle humanité parlez-vous, des riches et des « bobos » des pays occidentaux ou des pauvres des pays en voie de développement et parfois en voie de sous-développement ?
En France, nous allons bientôt être tous vaccinés. Le président Macron propose (je dis bien propose) de donner 13 millions de doses de vaccins aux pays africains. Ratio : 1 vaccin pour 100 personnes ; et oui, les Africains sont aujourd’hui 1,3 milliards d’habitants … à quand les doses pour les 99 autres ?
Avez-vous vu les fleuves pollués de Chine, les plages polluées du Liban, du Maroc, de Turquie, les tas d’ordures dans les villes de Bombay et de Kinshasa, les décharges de poubelle en Guyane (un département français !!)  les sols érodés de Picardie, de Normandie et du Sud-Ouest ? Vous êtes membre de l’Académie d’Agriculture, êtes-vous heureux d’apprendre qu’en France, par bétonisation, 26 m2 de sol agricole disparaissent chaque seconde depuis plus de 10 ans. Et je m’arrête là pour les exemples au risque de réécrire tout mon bouquin.
Quittez votre bureau et votre ordinateur pour visiter la planète comme je le fais depuis plus de 50 ans. Vous n’avez pas lu mon livre. Après , vous changerez peut-être d’avis.
Clément MATHIEU”

Réponse de Guy Waksman

Cher Monsieur,
Je vous remercie de votre message que je publierai bien entendu.
Je comprends bien votre point de vue, et je le respecte.
Je ne veux pas vous importuner, mais simplement vous affirmer que je suis fondamentalement optimiste quand au devenir de notre humanité.
Je n’ai pas eu la chance de voyager comme vous avez pu le faire et n’en suis pas jaloux.
Mais j’ai eu la chance d’échapper au lugubre pessimisme qui est le vôtre et celui de nombre de nos concitoyens, alors que nous vivons dans un des pays parmi les plus riches, parmi les mieux éduqués, à l’espérance de vie en bonne santé la plus longue, et en plus le pays le moins inégalitaire qui soit parmi les pays de taille moyenne.
Si vous voulez chercher de bonnes raisons d’être optimiste l’OCDE, la Banque Mondiale, le site anglais “Our World in Data” pourront vous fournir des tonnes de données validées.
Steven Pinker est un de mes auteurs favoris et je me permets de vous le recommander.
Bien que ne partageant pas les idées politiques du site humanprogress.org, j’y trouve mille raisons de penser qu’être progressiste aujourd’hui a encore un sens, et que partout, dans les pires conditions, les hommes cherchent et trouvent les moyens de se construire un avenir.
Cordialement,
Guy Waksman


2 réflexions sur “Droit de réponse

  1. Voici deux visions irréconciliables, pour la simple raison qu’elles ne portent pas leur regard au même endroit. ça me rappelle le sage qui montre la lune alors que l’idiot regarde le doigt du sage. L’un parle de la France, ce merveilleux pays comparativement au monde qui l’entoure ; Clément Mathieu parle de la planète qui va mal. Oui, j’en suis convaincu, la planète va mal et le film d’hier soir “Nous, paysans” ne conclue pas sur autre chose que le besoin d’à nouveau revoir notre agriculture pour tenter de la sauver. Il suffit de voyager un peu pour nous réjouir d’habiter en France, quoiqu’on en dise, “quoiqu’il en coûte” pour reprendre une formule désormais quasi historique. Vous avez sans doute raison tous les deux, malgré vos excès, l’un d’optimisme l’autre de pessimisme.
    Rien ne nous empêche d’aller vers la même direction : l’amélioration.

  2. Dans la réponse de Guy Waksman à Clément Mathieu, je m’interroge sur la signification du mot “progrès”. Bien sûr, je respecte les points de vue des uns et des autres, chacun a le droit de penser différemment et de s’exprimer. Cependant, la définition de “progrès” évoquée par Guy Waksman, s’appuie en partie sur des critères économiques émanant d’organisations qui négligent trop souvent les réalités environnementales locales, disséminées autour de la planète. Des découvertes scientifiques sont réalisées dans de nombreux domaines et apportent de la qualité dans la vie des gens c’est indéniable, en ce sens, on peut les qualifier de “progrès”. Hélas, les “progrès” trouvent aussi beaucoup d’applications et de justifications aux conséquences négatives à travers le développement économique très inégalitaire et souvent générateur de maux loin de nous. Je citerais l’exemple de la France, pays modèle nous dit-on, en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Notre pays s’est considérablement désindustrialisé depuis 50 ans, laissant les activités très polluantes à la charge des pays tiers qui eux, sous la pression économique mondiale, n’ont pas les moyens d’affronter la pollution en partie génératrice du réchauffement climatique. Ne faudrait-il pas prendre en compte l’ensemble de nos consommations et leur impact sur la pollution mondiale. N’y aurait-il pas dans ce mode de considération une forme de “progrès” de la pensée?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.