Létizia Giuntini: la part du rêve

Un magnifique documentaire sur notre chevrière-chanteuse corse qui nous avait rejoints lors du congrès de Correns. Des paysages superbes, la voix rocailleuse qu’on aime tant, des textes émouvants mais surtout le drame que vivent nos côtes touristiques où l’urbanisme chasse les paysans de leurs terres.
https://www.france.tv/france-3/corse-viastella/sucieta/2331587-emission-du-vendredi-5-mars-2021.html#xtor=AL-85-%5Bpartage_video%5D

Bibliothèque de l’AEAP au Garae

Bonne nouvelle : tous les livres de l’AEAP que vous avons confiés à l’ethnopôle Garae, sont désormais référencés dans leur catalogue en ligne et consultables sur place, à la Maison des Mémoires de Carcassonne. Ce qui représente un total de 722 ouvrages d’écrivains paysans, auxquels s’ajouteront bientôt ceux publiés depuis octobre 2019, qui m’ont été confiés par leurs auteurs.
En outre, le catalogue Vesper du Garae ayant été restructuré, les consultations de livres sont désormais plus claires, aisées et agréables.
Nota bene: nous pouvons parcourir ces livres en les triant par pertinence, par auteur, par titre etc. ou par mot-clé dans la recherche.

https://garae.bibenligne.fr/

Il ne nous reste plus qu’à attendre que la Covid nous permette de procéder à l’inauguration officielle de ce fonds.

En tant que présidente de l’AEAP et au nom de tous nos écrivains, je remercie chaleureusement Sylvie Sagnes, présidente du Garae, Christine Bellan, la documentaliste qui a effectué cet énorme travail, et Jacques Chauvin, membre de notre conseil d’administration qui a organisé cette collaboration, d’avoir ainsi offert à notre association cette admirable vitrine.
Avec une pensée émue pour Bernadette Rotrou, notre bibliothécaire qui a pris soin de ces ouvrages pendant de nombreuses années.
Jacqueline Bellino

La bibliothèque AEAP du Garae en cours d’installation (septembre 2020)

Droit de réponse

Le 11 février nous avons publié sur notre blog un article intitulé “Triste planète” par Clément Mathieu, qui a donné lieu à un échange fort intéressant.
En effet, cet article a été repris par Guy Waksman sur son site “Du côté du Web et de l’informatique agricole” avec le commentaire suivant:

« Je regrette ce titre pessimiste à un moment où à l’évidence, avec par exemple des vaccins contre la covid 19, l’humanité n’a jamais eu autant de moyens intellectuels et matériels de résoudre les problèmes qui se posent à nous
Guy Waksman ».

Réponse de Clément Mathieu:

A première vue, oui, vous avez raison, depuis plusieurs décennies les progrès technologique, scientifiques, médicaux ont été parfois au-dessus de toute espérance. Mais de quelle humanité parlez-vous, des riches et des « bobos » des pays occidentaux ou des pauvres des pays en voie de développement et parfois en voie de sous-développement ?
En France, nous allons bientôt être tous vaccinés. Le président Macron propose (je dis bien propose) de donner 13 millions de doses de vaccins aux pays africains. Ratio : 1 vaccin pour 100 personnes ; et oui, les Africains sont aujourd’hui 1,3 milliards d’habitants … à quand les doses pour les 99 autres ?
Avez-vous vu les fleuves pollués de Chine, les plages polluées du Liban, du Maroc, de Turquie, les tas d’ordures dans les villes de Bombay et de Kinshasa, les décharges de poubelle en Guyane (un département français !!)  les sols érodés de Picardie, de Normandie et du Sud-Ouest ? Vous êtes membre de l’Académie d’Agriculture, êtes-vous heureux d’apprendre qu’en France, par bétonisation, 26 m2 de sol agricole disparaissent chaque seconde depuis plus de 10 ans. Et je m’arrête là pour les exemples au risque de réécrire tout mon bouquin.
Quittez votre bureau et votre ordinateur pour visiter la planète comme je le fais depuis plus de 50 ans. Vous n’avez pas lu mon livre. Après , vous changerez peut-être d’avis.
Clément MATHIEU”

Réponse de Guy Waksman

Cher Monsieur,
Je vous remercie de votre message que je publierai bien entendu.
Je comprends bien votre point de vue, et je le respecte.
Je ne veux pas vous importuner, mais simplement vous affirmer que je suis fondamentalement optimiste quand au devenir de notre humanité.
Je n’ai pas eu la chance de voyager comme vous avez pu le faire et n’en suis pas jaloux.
Mais j’ai eu la chance d’échapper au lugubre pessimisme qui est le vôtre et celui de nombre de nos concitoyens, alors que nous vivons dans un des pays parmi les plus riches, parmi les mieux éduqués, à l’espérance de vie en bonne santé la plus longue, et en plus le pays le moins inégalitaire qui soit parmi les pays de taille moyenne.
Si vous voulez chercher de bonnes raisons d’être optimiste l’OCDE, la Banque Mondiale, le site anglais “Our World in Data” pourront vous fournir des tonnes de données validées.
Steven Pinker est un de mes auteurs favoris et je me permets de vous le recommander.
Bien que ne partageant pas les idées politiques du site humanprogress.org, j’y trouve mille raisons de penser qu’être progressiste aujourd’hui a encore un sens, et que partout, dans les pires conditions, les hommes cherchent et trouvent les moyens de se construire un avenir.
Cordialement,
Guy Waksman


Patrick De Meerleer communique:

Suite à la lecture de nos dernières écritures partagées, Patrick partage avec nous ses derniers centres d’intérêt:

“Dans la même veine de la remise en avant des valeurs rurales, des cultures traditionnelles et des peuples premiers, et suite à l’article de Claude LLena je voudrais vous signaler une revue trimestrielle à laquelle je suis abonné depuis le premier numéro (sept 2020) : Natives, des peuples, des racines, revue de grande qualité, tant pour sa forme éditoriale que le fond des articles. Elle est parrainée par tout ceux qui comptent en matière de “protection de l’environnement” au sens large.

Voici le lien pour accéder à son site : http://www.revue-natives.com/revue/

Par ailleurs, je conseille à nos amis la lecture de Nature humaine de Serge Joncour, auteur proche de la vie rurale. Ce roman met en scène 30 ans de la vie d’Alexandre, jeune agriculteur, éleveur dans le Lot à travers des faits marquants de notre histoire nationale : sécheresse de 1976; élection de Mitterrand ; Tchernobyl ; lutte pour le Larzac, passage en l’an 2000, etc. Ce roman, outre ses qualités littéraires (il a obtenu le prix Fémina 2020), est un beau témoignage des liens entre l’homme et la nature. On sent que l’auteur connaît parfaitement le monde rural et ses paysans. Et qu’il les respecte.”

Merci Patrick