Michel Boudaud en concert

Trois « Michel Boudaud  en concert »  à Bessines (Près de Niort) :  En effet, je vais faire une petite demie-heure en première partie de Michèle BERNARD et Monique BRUN. Je serai seul à la guitare avec presque uniquement des chansons toutes neuves que vous ne connaissez pas. ( moi -même , d’ailleurs je les connais à peine !!!) C’est un lieu et une association assez  récents qui méritent d’être soutenus.

LA  GRANGE BLEUE  présente:
 MICHELE  BERNARD dans « Un petit rêve très court « 
MONIQUE  BRUN
MICHEL  BOUDAUD   en première partie
SAMEDI  3  FEVRIER à 20H30 
SALLE DE LA GRANGE
79 BESSINES  (sud-ouest de  NIORT)
Réservations    05 49 09 15 22   ou  06 83 21 24 88
                                                                        A  Bientôt              Michel Boudaud

Marc Boutin nous conseille

Notre adhérent Marc Boutin, malgré son âge est un membre très actif de notre association qu’il informe régulièrement des évènements qui ont lieu dans le Nord de la France et des réflexions qui l’ont intéressé.
Il nous conseille:
Le Film LE CHAMP DES POSSIBLES
A revoir sur You Tube: Le Champ des possibles
A rechercher sur France 5 : Le Monde en marche
Le livre LA Ferme aux 1000 terroirs, Editions Chêne,
d’Olivier Nouaillas.
L’article dans La vie Réinventer l’Agriculture.

Merci pour ce partage

Le Lien des écrivains et artistes paysans – Janvier 2018

Notre bulletin annuel vient de paraître et vous pouvez le consulter sur notre site internet dans la rubrique publications.
www.ecrivains-paysans.com/publications
Ce numéro consacre une large place au lien intergénérationnel entre écrivains-paysans et élèves de lycée agricole, à travers le concours d’écriture réalisé à St-Maximin (83)

Du côté du Web et de l’informatique agricole

Merci à Monsieur Guy Waksman de présenter notre association dans le N° 2 de son hebdomadaire qui compte 28000 abonnés, auquel je vous conseille vivement d’adhérer si vous voulez recevoir par mail régulièrement des informations complètes sur notre agriculture.

Littératures paysannes


L’Association des Écrivains et Artistes Paysans
Fondée en 1972, l’AEAP, depuis 46 ans, réunit des auteurs et artistes d’inspiration rurale de sensibilités diverses, provenant de différents terroirs et s’exprimant dans des genres littéraires et arts variés.

Ses adhérents ont éprouvé le besoin de se réunir pour :

-Témoigner, à travers leurs créations, de la vie rurale en regroupant plusieurs centaines d’ouvrages au sein d’une même bibliothèque, accessible en ligne sur le site : www.ecrivains-paysans.com

– Transmettre les valeurs de la Terre et leur attachement à la nature en allant à la rencontre des citadins lors de diverses manifestations : Salon de l’Agriculture à Paris, Festival du Livre de Mouans-Sartoux et fêtes régionales. Infos sur le blog : http://blog.ecrivains-paysans.com

Contact : Jacqueline BELLINO
Mél : jbellino(a)neuf.fr

Merci par ailleurs d’apprécier notre bulletin

Félicitations pour votre lettre que je lis régulièrement, toujours très intéressante…
Contact : Jacqueline BELLINO, Présidente de l’Association des écrivains et artistes paysans
Mél : jbellino(a)neuf.fr

De la part de Michel Boudaud, paysan-chanteur-poète vendéen

Une réflexion (qui n’engage que lui) que Michel Baudaud nous fait partager et qu’il nous invite à commenter. Ne vous en privez pas!

D’Ormesson  et  Hallyday.

« J’endors mes sons ! » Il parait que ce sont les dernières paroles de Johnny Hallyday, en hommage à son malheureux prédécesseur ! Au- delà du jeu de mot un peu facile, il m’est, par contre un peu difficile de comprendre l’idolâtrie des foules pour ce chanteur qui n’avait, à mon avis, que d’exceptionnelles qualités vocales et scéniques, mais n’a jamais rien écrit ni ébauché , voire témoigné d’une philosophie de vie qui puisse être une éventuelle référence. Au contraire, il a amassé une fortune (en grande partie évadée fiscalement !) sur le dos du peuple, en échange du droit au rêve et à des tonnes d’esbroufe amenées par camions entiers. Est-ce de cela qu’on a le plus besoin aujourd’hui ?

Evidemment, il faut des chansons pour faire la fête, mais aussi, comme dans  la littérature, le cinéma ou le théâtre, il y a des chansons qui racontent des histoires, des événements, qui éveillent et magnifient des sentiments, bref des chansons de paroles auxquelles on peut souvent ajouter le qualificatif de « poétiques » quand les mots choisis ou leur agencement entre eux provoquent d’eux-mêmes de l’émotion. Hélas, il faut remonter à l’époque des Brel, Brassens, Ferré, Ferrat, Barbara ou Leclerc pour entendre sur les ondes  ce genre de chansons qui ont  pourtant « élevé » plusieurs générations !Le cinéma, en France, même dans sa diversité, est d’un très bon niveau, avec des sujets pointus, ardus quelquefois, ardents souvent, pourquoi la chanson qui « correspond « à ce cinéma-là a-t-elle disparu des médias ?Pourquoi, quand il y a « besoin », dans une émission,  d’une chanson belle ou sérieuse, ou explicite, il faut encore puiser dans ces répertoires précités ?

Est-ce que la source est tarie ? Est-ce qu’elle n’est plus audible parmi  les décibels des orchestrations d’aujourd’hui  derrière lesquelles on ne comprend qu’un mot sur quatre ? Pourtant, quand  « ils »voient qu’on ne comprend pas, « ils » répètent dix fois la même chose ! Mais, quand on peut lire les paroles, on est souvent stupéfait du niveau de l’écriture, de la scansion…Par ailleurs, pour certains auteurs qui ont écrit des centaines de chansons, on peut se poser la question d’une production  à la chaîne, tubulaire et adaptée au consommateur avec des refrains répétitifs, ( comme la pub, quoi !). Lors d’interview de ces artistes, « on » parle du nombre de C.D vendus, du « genre de  musique,  etc… mais souvent, rien sur le contenu, et pour  cause ! ! Les médias ne sont-ils que des relais publicitaires à une production de masse et vide de sens ? (Delahousse recevant Vianney dans son journal, quel intérêt vraiment ?).Il faudrait une émission comme « Le masque et la plume »sur la chanson pour offrir  aux auditeurs le répertoire contemporain le plus large possible et l’aider à un  meilleur discernement. Utopique sans doute ? Les maisons de disques et  les « ramasseurs » de  droits d’auteur à la pelle veillent.

Pourtant, certains et certaines chantent encore des chansons qui ont du sens, qui veillent et émerveillent et que l’on peut même  reprendre à  son compte ! (Vous avez essayé de reprendre les chansons dites modernes ?) mais, les médias les ignorent, même quand ils meurent .( Quelle presse pour Allain Leprest, Luc Romman ou Jean Vasca par exemple ?)

« On » dit que si Brel et les autres arrivaient aujourd’hui, ils ne perceraient pas ! Cela pose question non ? Pourtant, Julos Beaucarne, Michelle Bernard, Philippe Forcioli, Bernard Joyet et tant d’autres ont fait des œuvres qui méritent d’atteindre les oreilles et les cœurs, sans faire grand tort aux chansons en tubes !

Non loin d’ici, la voix de Jacques Bertin (reconnu, à ses vingt ans comme successeur de Brel et Ferré ) : « Nous sommes peu nombreux à veiller-Nous repoussons de toutes nos forces le sommeil- Et la lampe nous fait les yeux brillants- Nous tenons la lampe allumée, nous ne vieillissons pas ! »                                    …Et nous ne mourrons jamais ! Na !

L’AEAP présente dans « La France agricole »

Poursuivre l’œuvre de l’AEAP

Jacqueline Bellino préside l’Association des écrivains et artistes paysans depuis quatre ans. Elle l’a découverte au Salon de l’agriculture 2006. Créée en 1972, l’AEAP rassemble une centaine de personnes : écrivains, peintres, sculpteurs, compositeurs… de toute la France. Aujourd’hui, l’association souhaite tisser des liens avec l’enseignement agricole et continuer à valoriser le lien de l’homme à la terre. Elle lance un appel à textes aux paysans du monde.

En savoir plus : www.ecrivains-paysans.com ou www.jacquelinebellino.com

Meilleurs vœux pour 2018

Je vous souhaite des mots doux comme le miel des abeilles,

Des phrases aussi puissantes qu’un bon vin,

Des pages aussi légères qu’un vol de mouettes derrière la charrue,

Des chapitres à l’ardence de l’huile d’olive,

Des livres lourds et riches comme les sacs de blés engrangés avec soin.

Je vous souhaite des farandoles de notes, ciseaux, pinceaux, crayons… s’égayant dans les sillons ensemencés, les champs ondulants sous la moisson, les vignes vendangées et les moulins gorgés d’huile.

Bonne et heureuse année à tous les écrivains et artistes paysans,

Jacqueline Bellino